Madagascarica Forum

- Forum pour voyageurs Questions reponses et discussions sur le theme du voyage
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sommet de la Francophonie de 2010 à Madagascar

Aller en bas 
AuteurMessage
carmelo
Admin
avatar

Nombre de messages : 2124
Age : 66
Localisation : France
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Sommet de la Francophonie de 2010 à Madagascar   Mar 28 Oct - 18:34

Article parut le 28 octobre 2008 dans http://www.lexpressmada.com/

Par Iloniaina Alain


POLITIQUE
Sommet de la Francophonie Québec 2008, un modèle d’organisation Dès l’attribution du Sommet de la Francophonie de 2010 à Madagascar, la secrétaire générale de la Présidence, Hanitra Rajaonah, a annoncé la couleur : faire aussi bien que le Québec dont elle a qualifié l’organisation d’impeccable. Une gageure quand on sait que cette ville canadienne est une habituée des grands rendez-vous internationaux, alors que la Grande Ile n’en est qu’à ses premières expériences.
Les quartiers marchands ont été moins fréquentés que d’habitude à cause des mesures drastiques de sécurité…Ousmane Paye, conseiller spécial d’Abdou Diouf, le secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, avait prévenu. « Un sommet de la Francophonie se trouve à un cran au-dessus d’un sommet de l’Union africaine ou d’une conférence ministérielle », avait-il déclaré lors de son passage à Madagascar en septembre. Il avait alors remis au gouvernement malgache, candidat à l’accueil du XIIIème Sommet de la Francophonie, les pré-requis d’une telle rencontre internationale.
Le conseiller du secrétaire général avait notamment fait allusion aux exigences de la sécurité et de l’hébergement des chefs des Etats participants. A l’entendre, « les mesures de sécurité à adopter pour un sommet de la Francophonie doivent être plus drastiques, en raison de la présence des dirigeants des pays du Nord au rendez-vous».
« Plus le niveau de menace associé à un invité est élevé, plus la sécurité qui l’entoure est importante », confirme d’ailleurs Charles Vallée, un des porte-parole de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)
Au Québec, les organisateurs ont mis le paquet en matière de sécurité. Celle-ci a été assurée par trois corps de police : la Gendarmerie royale du Canada, les services de police de la ville de Québec et la sûreté de Québec. Dès la veille de l’ouverture de l’assemblée des chefs d’Etat et du gouvernement, les forces de police ont été déployées au cœur de la ville, la faisant pendant trois jours l’une des villes les plus sécurisées du monde.
Circulation réglementée
Le nombre d’éléments déployés sur le terrain n’a pas été divulgué, mais leur forte présence est impressionnante. Dès la veille de l’ouverture officielle du Sommet, les routes, les voies maritimes et l’espace aérien québécois sont sous très haute surveillance.
Des hélicoptères survolent, jour et nuit, le ciel, et plus particulièrement celui qui surplombe les hôtels hébergeant les hauts dignitaires et le Centre des congrès. Des canots pneumatiques et des motomarines patrouillent sur le fleuve Saint-Laurent dans les environs de la ville.
Pour parer à toute éventualité, des techniciens en explosifs, des maîtres-chiens, et des spécialistes CBRN (chimique, biologique, radiologique et nucléaire) sont sur le pied de guerre pour détecter la présence d’explosifs.
La circulation est strictement réglementée. Quatre heures avant l’ouverture officielle de la rencontre, et jusq … renforcées par le survol d’hélicoptères.u’à la clôture du Sommet, les voies entourant le Centre des congrès sont fermées au public. Plusieurs secteurs de la Vieille Capitale sont privés d’autobus de 6 h 30 à 22 h 30.
La réglementation de la circulation est telle que des habitants ont préféré déserter les rues en attendant la fin du Sommet. Il n’y a eu personne le 19 octobre, alors que les Québécois ont l’habitude de sortir pour faire leurs courses le dimanche.
Les employés des hôtels où ont séjourné les chefs d’Etat et de gouvernement devaient se munir d’une accréditation pour se rendre à leurs lieux de travail. Tandis qu’au Centre des congrès, tous les accès, même ceux des toilettes, sont contrôlés.

Rencontre Nord-Sud
La présence de chefs d’Etat du Nord est souvent avancée comme l’explication des mesures de sécurité drastiques adoptées lors des sommets de la Francophonie.
Comptant 55 membres et membres associés, l’Organisation internationale de la Francophonie comprend six Etats et gouvernements américains, 14 européens, quatre asiatiques et 31 africains. Deux pays, la France et le Canada, font partie du G8.
Malgré la diversité des pays et des continents présents au Sommet, aucun interprète n’est recruté pour la traduction simultanée des communications. La Francophonie regroupant les pays ayant le français en partage, les interprètes susurrant à l’oreille des chefs d’Etat ne sont même pas admis.

Un comité de préparation indépendant
Les pays co-hôtes du Sommet de la Francophonie ont débloqué 73 millions de dollars canadiens soit Ar. 102,2 milliards. Pour l’organisation et la préparation du rendez-vous, un bureau spécial, dénommé Secrétariat d’organisation a été mis en place.
Son personnel est composé de 375 personnes issues aussi bien des services publics québécois, néo-brunswickois et canadiens que du secteur privé.
Dirigé par un directeur général nommé par les gouvernements co-hôtes, et assisté de deux adjoints, le secrétariat compte six départements. Ceux-ci assurent notamment les installations, le transport, l’hébergement, le protocole, les communications, l’administration, les finances et les services techniques aux médias.
La mission du secrétariat a débuté un an avant l’ouverture du Sommet et il a bénéficié de l’appui des représentants des ministères, tels ceux de la Défense, de la Justice, de la Santé, de la Sécurité et des Travaux publics.
Pendant le sommet, 350 bénévoles ont également été recrutés afin de faciliter le séjour des participants au Sommet. Identifiables grâce à leurs vestes sans manches et de couleur grise, ces derniers sont présents sur tous les sites, depuis l’aéroport aux lieux d’hébergement, en passant par le Centre des congrès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://WWW.madagascarica.com
carmelo
Admin
avatar

Nombre de messages : 2124
Age : 66
Localisation : France
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sommet de la Francophonie de 2010 à Madagascar   Ven 6 Fév - 18:05

Marc Ravalomanana avec Kadhafi, président actuel de l’UA.


13e Sommet de l’Union Africaine
Les 1er, 2 et 3 juillet 2009 à Madagascar


vendredi 6 février 2009, par Valis http://www.madagascar-tribune.com/



La prochaine rencontre au Sommet de l’Union africaine se tiendra à Madagascar les 1er, 2 et 3 juillet 2009.

C’est ce qui a été décidé à Addis-Abeba lors du dernier sommet qui vient de s’achever mercredi dernier. Le Premier ministre Charles Rabemananjara, accompagné du ministre des Affaires étrangères, Marcel Ranjeva, y ont représenté l’Etat malgache.

Ils sont rentrés hier et ont tenu une conférence de presse à Mahazoarivo en présence de tous les membres du gouvernement.

Ils ont fait part de la ferme volonté du pays d’accueillir ce sommet. Aussi, le Premier ministre a demandé la participation et la mobilisation de tous pour la réussite de ce sommet en terre malgache car c’est une affaire nationale. Le Premier ministre souhaite que tout le monde s’implique et œuvre dans ce sens.

Appel à la sagesse et au dialogue

Interrogé par rapport à la situation de crise politique actuelle, le Premier ministre Charles Rabemananjara reste convaincu de la force du dialogue qui peut résoudre les problèmes. Il a rappelé que l’Union Africaine condamne tout changement anti-constitutionnel et redit que la prise de pouvoir doit passer par une élection démocratique et dans le respect de la Constitution.

Il compte sur la sagesse malagasy et la volonté de préserver l’intérêt supérieur de la Nation. En tout cas, dit-il, l’hébergement de ce Sommet est un engagement qui doit être respecté et parallèlement la crise doit être gérée convenablement pour assurer la stabilité politique. Quelque part, le Premier ministre est persuadé que la crise politique actuelle est passagère.

Des doutes subsistent

On ne peut toutefois pas s’empêcher d’être inquiet en ce sens que la capacité des dirigeants à prendre des initiatives incohérentes est manifeste. En dépit des appels au dialogue, les comportements n’expriment pas toujours cette humilité et encore moins cette disponibilité au dialogue et à la transparence, nécessaires afin d’assurer la stabilité politique.

Une des initiatives qui entretient les soupçons de trahison, est cette affaire de mercenaires qui n’a jusqu’à maintenant pas été éclaircie alors que l’on parle de sud-africains qui sont disposés à aider à assurer la sécurité lors du Sommet. Parmi les commandos qui ont enlevé l’émetteur de la VIVA TV à Ambihimitsimbina, les partisans de Andry Rajoelina affirment avoir surpris des mercenaires ou du moins des étrangers.

L’amélioration des infrastructures dans les pays africains et la mise en place d’une Autorité africaine ont été également parmi les sujets discutés lors de la dernière session de l’Union Africaine. Le thème du 13ème Sommet de l’UA y a été validé : « investir dans l’agriculture pour la croissance économique et la sécurité alimentaire ». En marge de la Conférence, la délégation malgache conduite par le Premier ministre a rencontré plusieurs responsables au niveaux de différents pays africains, des Nations Unies, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de la SADC ainsi que des chefs de Commission de l’UA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://WWW.madagascarica.com
 
Sommet de la Francophonie de 2010 à Madagascar
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Horaires / Nouveautés rentrée 2010
» Cactus ; Semis de juin 2010
» ELK 2010
» Tarif secma f16 2010
» FESTIVAL DE MUSIQUES MILITAIRES du 25 Juin au 27 Juin 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Madagascarica Forum :: Evenements culturels a Madagascar-
Sauter vers: